Le Coin du Doc

Les filières de dépense énergétique

et leurs conséquences sur

la pratique du Taekwondo


par le
docteur Rufin Boumpoutou,
médecin des équipes de France

Trois systèmes de re-synthèse permettent de fournir l’énergie nécessaire pour la réalisation d’un effort sportif :

Le système anaérobie alactique (efforts inférieurs à 20 secondes) :

C’est la première source d’énergie sollicitée lors de la réalisation d’un effort. Elle est principalement utilisée dans les sports dits explosifs (haltérophilie, saut, lancer, 100 m course). L’effort maximal ne peut en général être maintenu plus de 8 secondes. Ce système utilise de la créatine-phosphate qui est transformée en énergie.

Le système anaérobie lactique (efforts de moins de 3 minutes) :

Dès que l’effort dure plus de 20 secondes, cette source est mise en œuvre. Principalement utilisée dans les sports dits intermédiaires (gymnastique, 200 à 1000 m course) elle utilise du glycogène (glucides) qui est transformé en énergie. La réaction de transformation produit de l’acide lactique qui en s’accumulant dans le muscle se manifeste par une fatigue et des crampes empêchant la poursuite normale de l’activité.

Le système aérobie :

Début d’activité environ 2 minutes après le début de l’effort et son intervention augmente avec la durée de l’exercice. Elle concerne tous les sports de moyenne et longue durée. Les substances énergétiques utilisées sont les glucides et les lipides.

On classe généralement les activités sportives en deux groupes de dépense énergétique :

les sports d’endurance ou de longue durée qui sont appelés aérobies et les sports de courte durée et intenses, ou de puissance, appelés sports anaérobies.

Au cours d’un round de 3 minutes de combat de Taekwondo, les combattants se trouvent en général dans 3 situations :

  • La situation d’attente ou d’observation qui peut être assimilée un footing et peut être qualifiée comme étant lactique en début et aérobie en fin de round,
  • La situation de fuite ou de poursuite qui peut être assimilée à une accélération au cours d’un footing,
  • La situation d’attaque ou d’assaut au cours de laquelle le combattant essaie de porter réellement un ou plusieurs coups de pieds ou de poings à son adversaire soit pour marquer un point, soit pour le neutraliser, en visant la tête. Cette phase peut être assimilée à un départ de 100 m course et considérée comme étant anaérobie alactique.

Même si les 3 types de dépense énergétique sont impliqués au cours du combat de Taekwondo, la part anaérobie occupe la part la plus importante puisque la victoire dépendra de la capacité à marquer des points (phase de poursuite et phase d’attaque ou d’assaut) et d’esquiver les frappes adverses (situation de fuite). Le Taekwondo peut donc être considéré comme sport anaérobie.

Quelles sont les conséquences de ces faits ?

        1 - Sur le plan diététique

Le régime alimentaire pendant la compétition

Les aliments contribuant à la réalisation de la performance au cours d’une compétition de Taekwondo sont essentiellement les hydrates de carbones (riches en sucres) qui permettent une recharge importante en énergie nécessaire pour les phases anaérobies lactiques (situations d’accélérations, de fuite ou de poursuite).

Les hydrates de carbones peuvent être apportés sous la forme de sucres rapides qui seront rapidement utilisés par l’organisme (par exemple une barre de céréale ou un fruit qui servira pour le combat suivant) ou de sucres lents qui ne seront disponibles qu’au bout de plusieurs heures (par exemple les pâtes mangées la veille au soir qui serviront pour le début de la compétition le lendemain matin).

 Le problème de la perte de poids

L’entraînement spécifique à la compétition de Taekwondo n’entraîne pas de perte de lipides donc de matières grasses, puisque les dépenses énergétiques sont en majorité dues au système anaérobie. Celui qui s’entraîne de façon spécifique à la compétition ne peut donc pas perdre du gras et ne perd que de l’eau pendant l’effort, qu’il va forcément récupérer pendant les heures qui suivent l’effort. A cette perte de poids essentiellement d’origine hydrique, il faut préférer celles survenant à distance de la compétition en agissant soit sur la perte de gras en axant l’entraînement sur le travail aérobie (par exemple footing d’une heure ou plus à faible vitesse) ou en diminuant sa masse musculaire (avec un risque de diminution de la force explosive). Ceci doit être complété par un régime alimentaire adapté. Le poids de compétition doit être idéalement atteint environ 2 semaines avant la compétition, en prévoyant une marge de 1 à 2 kilos par rapport à la limite supérieure du poids de la catégorie, ce qui permettra une alimentation normale et riche en glucides les dernières heures avant la compétition.

        2 - Sur le plan de la préparation physique

Générale

La préparation physique générale doit comporter un travail dans les 3 filières énergétiques pour avoir une base de condition physique permettant aux compétiteurs mais aussi aux autres pratiquants de s’adapter aux différents types d’entraînement en développant toutes les chaînes musculaires y compris le muscle cardiaque. L’entraînement qui peut être réalisé en dehors des séances d’entraînement doit comporter un travail de puissance, de vitesse et d’endurance.

Spécifique

C’est le travail qui permettra de réaliser des performances au cours des combats. Il doit occuper la plus grande partie de la séance d’entraînement chez le compétiteur et ne doit comporter que des exercices nécessitant une dépense énergétique de type anaérobie, c’est-à-dire des exercices intenses et courts qui permettront de reculer les seuils anaérobiques alactiques et lactiques et donc le seuil de fatigue au cours du combat. Par ailleurs, ce travail entraîne une réduction du temps de récupération et une adaptation de la charpente musculaire à ce type d’effort.

                                                                                                            R.BOUMPOUTOU

© WEBTKD.com. Tous Droits Réservés.

Accueil Reporter dans votre région ? Fonds d'écran... combats, poomses et autres Un petit mot... Le forum du TKD francophone L'info par e-mail... webtkd@webtkd.com Découvrez cet art martial Toutes les dates de la saison De bonnes adresses en France Techniques, préparation, docteur, arbitrage Lexique, poomses, ceintures, pas combats... Découvrez les personnages du TKD Reportages photos et articles Les dernières infos L'historique du TKD Accueil