Interview de Gwladys Epangue

A seulement 20 ans, Gwladys Epangue est déjà une valeur sure du Taekwondo français. Après avoir gagné le championat d'Europe, elle s'est également qualifié pour les J.O d'Athènes où elle espère briller.
Avec nous, elle évoque son résultat au tournoi de qualification, ses chances de partir aux jeux olympiques, ses objectifs sportifs et son avenir.

"Aujourd'hui, les places de deuxième ou de troisième, ça ne m’intéresse pas..."

WEBTKD - Tu as décroché un billet pour les jeux olympiques d'Athènes. As-tu atteint l'objectif que tu t'étais fixé ?

G.E - Je suis très contente d’être troisième et qualifiée. C'est vrai que j'aurais pu monter plus haut sur le podium et j'ai été très déçu de perdre en demi-finale face à l'Italienne. Mais l’objectif du tournoi c'était de qualifier la catégorie, pas de gagner.

WEBTKD - Que va-t-il se passer maintenant ?

G.E - Maintenant, il faut que je continue sur cette lancée et si je pars à Athènes, je ferai tout pour monter sur le podium.

WEBTKD - Tu dis « Si je pars ». Est-ce qu’il y a vraiment encore un doute… ?

G.E - Rien n’est décidé. Le DTN a dit qu’il donnait comme tâche à quatre athlètes, Myriam, Michaël, Christophe et moi, de qualifier leur catégorie. Après, une fois que la catégorie sera qualifiée, il enverra le meilleur du moment à Athènes. Les compteurs sont remis à zéro.

WEBTKD - Tu as tout de même marqué un point important au tournoi à Paris !

G.E - Oui, mais je ne suis pas toute seule. Et, il y a de la concurrence entre les athlètes, ce qui nous fait progresser un maximum.

WEBTKD - Quelles sont les échéances importantes avant les jeux ?

G.E - La plus grosse est le championnat d’Europe. J’espère y faire un résultat.

WEBTKD - Au championnat d’Europe avant Sydney, c’est Bruno N’tep et pas Pascal qui était parti. Penses-tu qu’il faut préserver les athlètes avant les J.O ?

G.E - Il faut les préserver, mais il faut aussi leur donner un minimum de compétitions de haut niveau.

WEBTKD - Tu ne crains pas que tes adversaires t’étudient ? Il y a une Coréenne dans ta catégorie...

G.E - Voir un combat et vivre un combat, ce n’est pas du tout la même chose. Voir un combat, cela peur apporter des éléments tactiques. Mais après, il faut les appliquer et là, il y a une grande différence.

WEBTKD - Comment vois-tu la période qui va jusqu’aux jeux ?

G.E - Les Opens, les tournois, le championnat d’Europe, le championnat d’Europe par équipes, toutes les compétitions qui ont arriver seront une bonne préparation.


Gwladys lors de sa victoire en quart de finale à Paris

WEBTKD - Fais-tu du travail vidéo ?

G.E - J’essaie d’analyser mes adversaires et avec Oury, à l’entraînement, on essaie de travailler des schémas tactiques dans le cas où je rencontrerais telle ou telle adversaire.

WEBTKD - On ne t’attendait pas au championnat d’Europe en 2000 et tu es vice-championne d’Europe, tu confirmes au championnat suivant, aujourd’hui, tu qualifies ta catégorie pour les Jeux. Est-ce la chance ou y a-t-il un secret qui explique cette ascension fulgurante ?

G.E - Honnêtement, c’est la motivation qui a fait la différence. Au championnat d’Europe en 2000, je ne connaissais pas les filles et je n’avais donc aucune appréhension. J’y allais pour donner le meilleur de moi-même. Je me suis classée deuxième pour ma première compétition officielle en sénior, et c’était très encourageant. Mais aujourd'hui, les places de deuxième ou de troisième, ça ne m’intéresse pas.
Je n’étais pas encore au pôle en 2000. Après deux ans au pôle, je crois que j’ai beaucoup progressé pour gravir la marche qui me manquait.

WEBTKD - Vous étiez deux féminines à Paris et les deux ont qualifié leur catégorie. Pourtant, jusqu’à présent, aux championnats d’Europe ou du monde, on a souvent été un peu déçu par les filles. Alors, est-ce la relève ?

G.E - Les filles qui arrivent ont du mordant. Cathiana Grosset a par exemple été 3e au championnat d’Europe, or on constate que le niveau international féminin a beaucoup augmenté. Les entraîneurs nous ont fait faire plus de compétitions de bon niveau pour nous faire progresser.

WEBTKD - On a l’impression que tu t’imposes comme une chef d’équipe parmi les féminines ?

G.E - C'est vrai que j'ai une expérience de la victoire mais je ne me considère pas comme une chef d'équipe. J’essaie juste de motiver tout le monde.

WEBTKD - Comment envisages-tu ton avenir après Athènes ?

G.E - Après Athènes, c’est reparti pour une nouvelle Olympiade, si j’ai la santé et la motivation.

WEBTKD - Est-ce que ton avenir professionnel est dans le Taekwondo ?

G.E - J’aimerais avoir un métier qui tourne autour du sport, mais pas nécessairement dans le TKD. Je fais un BTS de sport communication et tout ce qui tourne autour de la communication dans le sport m'intéresse donc beaucoup.

WEBTKD - Comment définirais-tu le Taekwondo ?

G.E - On dit souvent que le TKD est une discipline unique. Je crois que de nos jours, le TKD a un côté sport et un côté martial. C’est un sport qui évolue beaucoup mais qui garde l’esprit martial, les valeurs de l'art. Quand on est compétiteur de haut niveau, il y a des choses que l’on ne fait plus, on ne porte plus le dobok complet, par exemple, mais on conserve les valeurs morales de l’art martial, le respect de l’adversaire, par exemple.

© WEBTKD.com. Tous Droits Réservés.

Accueil Reporter dans votre région ? Fonds d'écran... combats, poomses et autres Un petit mot... Le forum du TKD francophone L'info par e-mail... webtkd@webtkd.com Découvrez cet art martial Toutes les dates de la saison De bonnes adresses en France Techniques, préparation, docteur, arbitrage Lexique, poomses, ceintures, pas combats... Découvrez les personnages du TKD Reportages photos et articles Les dernières infos L'historique du TKD Accueil