Les Lauriers du Taekwondo français
Hubert Sinègre : Vice-champion du Monde 1989

"J'essaie d'utiliser mon expérience pour donner à mes élèves ce dont ils ont besoin"

WEBTKD - Pouvez-vous vous présenter ?

H.S - Je m'appelle Hubert Sinègre, j'ai 35 ans. J'ai commencé le Taekwondo à l'âge de 12 ans en 1982, avec Paul Nouar, à Marseille.

WEBTKD - Vous pouvez revenir sur votre palmarès ?

H.S - Au niveau national, j'ai gagné sept fois le titre de champion de France, j'ai été vainqueur de l'Open de France et dela coupe de France. En compétitions internationales, j'ai trois médailles de bronze au championnat d'Europe et un titre de vice-champion du monde en 1989 en Corée. NDLR : Hubert Sinégre a remporté le titre de champion de France vétéran dernièrement.

WEBTKD - Pouvez-vous nous parler de ce championnat du monde ?

H.S - Les entraîneurs nationaux étaient Franck Cribaillet et Philippe Bouédo. C'étaient de très jeunes entraîneurs : la saison précédente, nous étions tous les trois compétiteurs. J'ai préparé le championnat du monde sur cinq mois à peu près, en m'entraînant 4 heures par jour dans mon club. Je n'avais pas beaucoup d'expérience internationale, seulement un championnat d'Europe et une coupe d'Europe. Il me manquait l'expérience des Opens.

Malgré cela, le championnat du monde s'est bien passé. J'ai fait six combats. Je me rappelle notamment avoir rencontré un Népalais, un Malaisien qui était très bon mais que j'ai bien dominé, un Marocain. En finale, le Coréen était vraiment très fort. Il était très grand. La plupart de ses adversaires n'ont pas terminé leur combat. Moi si. J'ai donc remporté la médaille d'argent et José Rocamora la médaille de bronze dans sa catégorie.

WEBTKD - C'était quelque chose de combattre en Corée en finale du championnat du monde contre un Coréen ! Est-ce que vous aviez une appréhension particulière ?

H.S - J'avais 19 ans et j'étais loin d'imaginer que j'irais en finale. Mais j'étais décidé à aller le plus loin possible. Je n'avais jamais rencontré de Coréen.

WEBTKD - Comment avez-vous été accueilli en France en revenant avec une médaille de bronze ?

H.S - Il ne s'est pas passé grand chose. Dans ma région, oui, mon prof a fait ce qu'il fallait. Mais au niveau national ou même dans la fédération, rien.

WEBTKD - Pas d'avantage financier ?

H.S - Rien du tout : des promesses quand nous étions en Corée. On m'a même demandé mon RIB mais rien n'a été versé sur mon compte. J'ai eu ensuite une bourse olympique (environ 20 000 F) mais qui était identique à celle des autres athlètes sélectionnés.

WEBTKD - Si on revenait sur votre préparation. Vous vous entraîniez 4 heures par jour. Quelle type de préparation faisiez-vous ?

H.S - Je ne faisais que du Taekwondo car j'avais arrêté l'école. A l'entraînement, je ne faisais que du Taekwondo, un peu de stretching pour la souplesse et un peu de footing quand j'étais avec l'équipe de France. Je m'entraînais dans le club, où il y avait beaucoup de bons combattants mais pas de compétiteurs de niveau international. C'était un manque dans ma préparation.


Plus que de beaux restes...

WEBTKD - Comment voyez-vous l'évolution du Taekwondo depuis cette époque ?

H.S - Sur le plan technique, j'ai l'impression que les compétiteurs travaillent moins à la tête que nous ne le faisions. La nouvelle règle des 3 points n'a pas entraîné pour l'instant le retour à un style plus aérien. Si on continue à ne travailler qu'avec des bandal tchagui, on reste loin du but et on va se lasser.

Sur un autre plan,, il n'y a pas assez d'athlètes qui sont aidés. J'ai l'impression qu'ils ne sont pas tous pris en charge de la même façon. Il faudrait une vingtaine d'athlètes d'élite avec les mêmes conditions de salaire. Mais je ne sais pas exactement comment cela se passe.

WEBTKD - Si le système actuel avait existé à votre époque, cela aurait changé quelque chose pour vous ?

H.S - Certainement. Les athlètes français tournent beaucoup plus et peuvent se mesurer aux autres compétiteurs de haut niveau. A notre époque, ce n'était pas le cas. On tournait surtout entre nous, en club et dans les compétitions nationales.

WEBTKD - Est-ce qu'un effet pervers de ce système ne serait pas aussi la perte de la rage, de l'envie de gagner quand on est dans un système un peu protégé ?

H.S - Je ne pense pas. Quand j'étais en équipe de France, il y avait déjà des compétiteurs qui avaient la rage et d'autres non.

WEBTKD - Est-ce que vous n'avez pas parfois l'impression d'être arrivé 10 ans trop tôt ?

H.S - Non. D'abord, je ne peux pas en vouloir à mes parents… (rires). Maintenant, je suis entraîneur et j'essaie d'utiliser mon expérience pour donner à mes élèves ce dont ils ont besoin, qu'ils s'entraînent dans mon club ou qu'ils soient dans un pôle. En équipe de France, ils ont affaire à l'entraîneur national, mais leur prof c'est toujours moi.

WEBTKD - Quelle a été votre évolution après le championnat du monde ? Comment êtes-vous devenu entraîneur ?

H.S - Je n'ai pas arrêté la compétition de moi-même. J'ai été suspendu, à la suite d'un conflit avec des dirigeants fédéraux. J'ai arrêté le Taekwondo pendant deux ans mais cela me manquait. A la suite d'un concours de circonstance, j'ai repris le Taekwondo en devenant professeur.

WEBTKD - Vous avez représenté la première génération de champions du sud. Après vous, il y a eu Christophe Civiletti et Christophe Négrel. Est-ce que vous avez été un modèle pour eux ?

H.S - Il est certain qu'ils ont eu envie de m'imiter. J'ai sûrement représenté quelque chose pour eux. Nous nous sommes entraînés dans le même club quand ils étaient jeunes pratiquants. Mais ce n'est pas moi qui les ai amenés au niveau qu'ils ont. Ce sont de très bons compétiteurs et ils savent rester discrets.


Une photo devenue classique...
(la voir en grand)

© WEBTKD.com. Tous Droits Réservés.

Accueil Reporter dans votre région ? Fonds d'écran... combats, poomses et autres Un petit mot... Le forum du TKD francophone L'info par e-mail... webtkd@webtkd.com Découvrez cet art martial Toutes les dates de la saison De bonnes adresses en France Techniques, préparation, docteur, arbitrage Lexique, poomses, ceintures, pas combats... Découvrez les personnages du TKD Reportages photos et articles Les dernières infos L'historique du TKD Accueil