Interview de Mickaël Borot
Partie 2

"Je voulais arrêter ma carrière avant la Coupe du Monde l'année dernière"

WEBTKD – Comment expliques-tu le changement radical que tu as connu ?

M.B - C'est ma façon de concevoir le Taekwondo qui a changé. A un moment j'étais à 100% dans le TKD, c'était ma raison de vivre et la passion est devenue pratiquement une corvée. Depuis, j'ai pris du recul, je me suis plus préoccupé de mon avenir professionnel et j'ai abordé les compétitions avec moins de pression et d'appréhension du résultat. Or c'est la pression qui m'inhibait. Le changement a consisté en un travail mental beaucoup plus que physique. Il faut s'imaginer qu'il m'a fallu cinq ans pour éclore. Pendant cinq ans, j'ai été à Aix et ce n'est qu'aujourd'hui que je me révèle. Etre dans un Pôle ne fait pas tout, il faut réfléchir sur soi-même.

WEBTKD – Tu veux dire que la saison dernière tu t'es moins investi dans le Taekwondo ?

M.B - Je voulais arrêter ma carrière avant la Coupe du Monde l'année dernière car j'étais frustré de ne jamais avoir été jusqu'au bout au niveau international et le déclic s'est fait à ce moment. J'ai prouvé à tout ceux qui pensaient que j'étais fini que j'avais des possibilités. Je suis l'antithèse de l'athlète parfait, du Meloul souple et technique. Je ne suis pas du tout souple, on se moque de moi en équipe de France car je ne sais pas faire un coup de pied au dessus de mon épaule. Je ne fais que des coro-pits de la jambe arrière ou avant et des tuits tchaguis mais avec ça on peut être champion du Monde si on est dans le bon timing et si on est bien dans sa tête.

Pour moi, c'est le mental le plus important. J'ai plus besoin de me ressourcer que de m'entraîner de manière intensive. Aller en Martinique pour couper les ponts, ça me fait plus de bien qu'autre chose. Voir mes parents, mes amis et les Antilles, ça m'a gonflé à bloc avant le championnat d'Europe. Je marche au psychologique, même si je ne m'entraîne pas énormément, si dans ma tête ça va, tout va.

La sophrologie a joué et continue à jouer pour moi. Le TKD est un sport de combat et il y a toujours l'appréhension du mauvais coup ou du K.O. J'aborde les combats d'une nouvelle façon et c'est ça qui m'a permis de faire des résultats au niveau international.
L'Open de Hollande est la compétition de référence, j'y suis allé sans pression, j'ai combattu en lourds, je n'avais pas mon poids de forme, je faisais 88 kg et ça a marché.

WEBTKD – Ton style a-t-il changé ?

M.B - Après ma blessure au genou, mon style a changé. Avant j'étais plus aérien, je faisais beaucoup de triple pits et maintenant je travaille plus avec ma tête qu'avec des automatismes. Mon idée est qu'une action doit ramener un point. C'est pour ça que mes scores sont parfois fous (rires). Le Taekwondo c'est l'escrime des pieds, chaque amorce d'attaque doit engranger un point. Comme aux échecs, je réfléchis à l'avance à mes coups et je simplifie au maximum les choses. Ma souplesse n'est pas celle de Pascal et donc je travaille avec mes armes, l'explosivité, l'intelligence du combat.

WEBTKD – Quel est donc ton nouveau style, ta nouvelle méthode de gérer le combat ?

M.B - Si on m'attaque côté fermé, je reprends côté ouvert en pit et si on m'attaque côté ouvert, je fais un tuit. Pour mes attaques, je ne fais pas de coups de pieds sautés et je ne gaspille pas mon énergie. Je perfectionne ce que je sais faire et j'essaye de m'améliorer techniquement. Je travaille l'efficacité de mes quelques techniques. Pour moi, le TKD se résume simplement, c'est toucher sans être touché et allier force, vitesse et précision. Le TKD devient un jeu, je touche, je marque mon point et je sors de la distance de combat.

WEBTKD – Ca a l'air facile comme ça ?

M.B - Bien sûr, ça dépend des capacités de chaucun. Moi j'ai fait beaucoup de foot et de basket et je joue par conséquent énormément sur ma tonicité et sur mon explosivité. C'est ma force et c'est ce que je travaille.

WEBTKD – Que t'apporte ton coach lors du combat ?

M.B - Pendant les entraînements on apprend à se connaître et je lui dis ce qu'il faut que j'entende pendant le combat. Avec moi, l'analyse doit se faire au premier round et c'est ce que fait Oury. Quand je retourne à la chaise, le coach doit me dire ce qui va et ce qui ne va pas. Il doit épurer mon style pour en éliminer tous les déchets. Tout ce qui n'a pas marqué, je ne dois pas le recommencer. Quand je retourne sur l'aire, je ne travaille plus qu'avec ce qui fonctionne et j'adapte aussi ma stratégie à l'adversaire.

WEBTKD – Comment te prépares-tu ?

M.B - e suis à l'INSEP qui est un moule pour faire des champions. Il faut un minimum de 20 heures par semaine, l'idéal étant d'alterner entre deux heures de Taekwondo le matin et deux heures de course ou de musculation l'après-midi. Je fais de la musculation, car c'est devenu indispensable pour le Taekwondo afin d'avoir de la tonicité. Une personne qui n'est pas au Pôle ne peut pas rivaliser. A moins d'avoir une musculature innée, elle ne pourra pas être au même niveau.

La condition physique est également indispensable puisqu'on doit enchaîner 5 combats de 3x3 minutes. Je travaille donc en fractionné, c'est à dire avec des courses, des accélérations sur 5 secondes et des récupérations sur 15 secondes. Le footing, ça se travaille en début de saison, pour avoir du fond mais il ne faut pas le prolonger au delà des trois premiers mois de la saison car alors les fibres deviennent lentes alors qu'elles doivent être rapides pour le TKD. Le coeur fait des pics au TKD, il ne reste pas à 140 comme au footing. Il faut donc le faire travailler avec des accélérations, que ce soit à l'entraînement avec des séries et des enchaînements ou sur piste. L'entraînement doit être la reproduction du combat et à partir de là il faut être à 120% à l'entraînement car ça voudra dire qu'on sera à 60% en compétition compte tenu du stress et des autres facteurs perturbants.

"Au Pôle, je me fais cartonner par les jeunes et ça me permet de me remettre en question constamment"

WEBTKD – Quelles sont les différences que tu ressens entre l'INSEP et le Pôle d'Aix ?

M.B - L'INSEP, c'est le lieu idéal pour le haut niveau, c'est une véritable usine à champions. Il y a des préparateurs physiques, des médecins, des psychologues qui sont à l'écoute des sportifs et c'est une nouveauté pour les Taekwondoïstes qui en profitent un maximum. Je suis le plus vieux et je suis un peu le meneur mais les autres sportifs ne sont pas des sparrings mais des partenaires. Je travaille avec des -58 kg comme avec des -84 kg. Ils sont jeunes et ils ont beaucoup de fougue.

L'inconvénient à Aix, c'est qu'au bout de cinq ans, on se connaissait par coeur entre nous, Pascal, Bruno, Mamédy. Ici, ils ont moins de 20 ans et cette jeunesse fait qu'ils ne réfléchissent plus quand ils frappent.

Sur le plan technique, c'est vrai qu'on ne peut pas rêver mieux que de tourner face au champion du Monde ou au vainqueur de la Coupe du Monde mais ici j'ai autre chose. Et ce n'est pas du tout un désavantage. Les jeunes sont imprévisibles techniquement et c'est important de connaître ça car au niveau mondial, il y a les Coréens qui sont techniques mais il y a aussi les Iraniens ou les Azeris qui sont beaucoup moins prévisibles. J'ai encore les acquis d'Aix, je ne crache pas dessus, loin de là, mais le changement et l'adaptation me font du bien.

WEBTKD La structure de l'INSEP explique-t-elle les derniers résultats au championnat d'Europe ?

M.B - C'est peut-être une coïncidence mais c'est sûr que le travail et la structure paient. Ludovic a intégré le Pôle et il a maintenant ce dont il a besoin pour réussir au plus haut niveau. Gwladys, elle avait un potentiel encore inexploité et c'est grâce au Pôle et à la structure qu'elle a pu l'exploiter. Ca annonce ce qu'il va y avoir dans le futur avec la relève incarnée par des jeunes comme Do Cong Minh, Phongsavanh, Leïla Ouchani, Servin ou Jidé.


Un Mickaël heureux après sa victoire au N1


© WEBTKD.com. Tous Droits Réservés.

Accueil Reporter dans votre région ? Fonds d'écran... combats, poomses et autres Un petit mot... Le forum du TKD francophone L'info par e-mail... webtkd@webtkd.com Découvrez cet art martial Toutes les dates de la saison De bonnes adresses en France Techniques, préparation, docteur, arbitrage Lexique, poomses, ceintures, pas combats... Découvrez les personnages du TKD Reportages photos et articles Les dernières infos L'historique du TKD Accueil