Interview
d'Oury Stantzman

Ce mois-ci, Oury Stantzman a accepté de répondre à nos questions. Entraîneur national depuis plusieurs années, il a pris en septembre la responsabilité du Pôle INSEP.

Pour nous, il présente la structure de l'INSEP, revient sur le succès de "ses" athlètes en Turquie et évoque l'avenir olympique du Taekwondo français et les changements que cela va entraîner.

PHOTOS DU POLE

"Le Pôle va s'ouvrir à l'élite française car c'est la vocation de l'INSEP que de réunir l'élite."

WEBTKD - Pouvez-vous vous présenter ?

O.S. - Je suis 4e dan. Je suis entraîneur national depuis 1994, détâché à la préparation olympique depuis 1998 et responsable de la section de l'INSEP depuis septembre 2001. J'ai aussi un club, le Cercle Maillot, mais je me consacre à 90% au Pôle.

WEBTKD - Qu'avez-vous pensé du dernier championnat d'Europe ?

O.S. - Ce championnat a reflété le bond en avant du Taekwondo européen avec l'essor de petits pays. La concurrence est de plus en plus importante à l'intérieur du continent.

WEBTKD - Qu'avez-vous pensé de la performance française ?

O.S. - C'est un bon résultat pour la France qui termine 4e en l'absence de Gentil et de Doucara. Tous les athlètes favoris n'étaient pas là et pourtant c'est une performance. C'est aussi une satisfaction sur un plan personnel car 3 des 4 médailles viennent d'athlètes de l'INSEP. Cela reflète notre travail.

WEBTKD - Le résultat de l'INSEP tient-il essentiellement à la qualité des athlètes ou à celle des structures d'entraînement

O.S. - C'est un tout ! Ludovic Vo en est le meilleur exemple. Il s'est mis au travail et il a suivi son programme d'entraînement. S'il n'avait pas eu sa motivation et l'INSEP, il n'aurait sans doute pas fait la même performance. L'INSEP apporte la touche finale et nécessaire à de très bons athlètes

WEBTKD - Pouvez-vous nous présenter la structure de l'INSEP ?

O.S. - L'INSEP est, comme les Pôles déjà existants, un centre d'entraînement national regroupant quelques uns des meilleurs français. C'est une nouvelle dynamique qui combine : des athlètes de qualité qui sont motivés et une structure qui a déjà fait ses preuves dans d'autres disciplines.

WEBTKD - Et en termes de chiffres ?

O.S. - La section TKD regroupe 10 combattants internes et 20 externes qui viennent deux fois par semaine. Les internes s'entraînent entre 18 et 20h par semaine sous ma direction. Ces entraînements se divisent en un travail technico-tactique le matin et un travail physique l'après-midi (musculation et course). Il ya a également des rounds avec les externes deux fois par semaine. Nous recevons aussi des équipes étrangères et cela crée une vzritable synergie.

WEBTKD - Quelles sont les différences avec le Pôle d'Aix ?

O.S. - L'INSEP regroupe des athlètes franciliens et nous avons une dynamique et une ambiance qui nous est propre. Chacun apporte son énergie et sa motivation et cela fait que la mayonnaise prend. Il y a une saine concurrence avec les autres Pôles au niveau national. Et au niveau international, ce ne sont plus les Pôles mais l'équipe de France. Tous les athlètes sont des partenaires-concurrents.

WEBTKD - N'êtes-vous pas un peu perdus dans la masse des sportifs de l'INSEP ?

O.S. - C'est sûr, l'INSEP est une usine à champions mais nous, nous avons une section à taille humaine. Peut-être qu'en 2004-2005, l'INSEP deviendra le Pôle phare et qu'il regroupera les meilleurs athlètes. Aujourd'hui, je travaille avec une équipe qui a un potentiel et qui se prépare dans le cadre des Jeux de 2004 et de 2008.


Oury Stantzman avec Gwladys Epangue

WEBTKD - Comment se passe la détection des athlètes franciliens ?

O.S. - Tout commence en club et la détection se fait ensuite aux compétitions régionales et nationales. Je cherche les talents et je suis également attentif aux avis des entraîneurs et professeurs. Je n'attends pas un podium national pour prendre ma décision. C'est pourquoi à l'INSEP il y a des jeunes qui n'ont pas encore confirmé au N1 mais qui le feront. J'aiguise mon oeil au maximum.

WEBTKD - L'INSEP doit donc devenir le révélateur des talents régionaux ?

O.S. - C'est en effet beaucoup plus facile pour moi que pour les autres entraîneurs des Pôles. Je suis à Paris, je connais les clubs, je connais les compétiteurs et je fais attention aux petits frères et aux minimes et cadets qui montent.

WEBTKD - Quelle est l'importance du critère scolaire ?

O.S. - En venant ici, un athlète s'engage et donc la fédération s'engage également en lui permettant de finir son cursus. Si jamais il rencontre des difficultés, il peut se réorienter.

"L'objectif capital sont les J.O et tous les athlètes doivent se mobiliser pour cela."

 

WEBTKD - Comment allez-vous gérer la préparation olympique ? Va-t-on assister à des regroupements d'athlètes par catégorie ?

O.S. - C'est la DTN qui va décider de cela. Il est possible que dès la rentrée, il y ait des aménagements et que des athlètes se déplacent vers un autre Pôle. L'objectif sont les J.O et c'est une échéance capitale pour la France. Tous les athlètes doivent se mobiliser pour cela. C'est crucial et il faudra donc faire des concessions.

WEBTKD - Quel est l'avenir de la jeune structure de l'INSEP ?

O.S. - Jusqu'en 2004, on va rester dans la même configuration avec un petit nombre d'athlètes. Ensuite, le Pôle s'ouvrira à l'élite française car c'est la vocation de l'INSEP de réunir l'élite. Ce n'est pas encore une décision prise par la DTN mais c'est une possibilité. Mais la présence de plusieurs Pôles est aussi une bonne chose, cela entretient une concurrence saine et cela évite les déracinements. Je ne suis pas le décideur. On va également développer des collectifs minimes-cadets en 2 ou 3 ans afin de préparer l'intégration à l'INSEP. Il vaut mieux prendre les jeunes avant 16 ans afin de leur apporter la meilleure formation possible.

WEBTKD - Quel est votre relation avec les athlètes ? Vous semblez très proche d'eux ?

O.S. - Je suis proche mais je ne suis pas leur copain. Le contact avec l'athlète est essentiel. Pour les guider, il faut les connaître et donc il faut avoir une proximité. Mais il y a aussi un côté intraitable à avoir. Le respect dans les deux sens est essentiel.

WEBTKD - Comment voyez-vous l'évolution du Taekwondo français ?

O.S. - La création des Pôles a tout changé. Le Taekwondo français va devenir de plus en plus fort. La mentalité française et le système du sport français, qui a fait ses preuves, font de la France un grand pays. Cela va se poursuivre et s'amplifier avec les prochaines générations. Mais il faut toujours garder un doigt sur la température ambiante afin de refuser le confort et l'auto-satisfaction.

WEBTKD - Etes-vous inquiété par l'émergence de nouveaux pays comme l'Azerbaïdjan ?

O.S. - Non, la France a de l'avance au niveau des structures. Elle a cependant un statut à défendre et il faut toujours chercher à progresser en ne s'enfermant pas dans la suffisance.

WEBTKD - Quel est votre plus mauvais souvenir en Taekwondo ?

O.S. - Je suis de nature optimiste et j'ai peu de mauvais souvenirs. J'ai des déceptions quand des athlètes échouent mais cela me pousse à travailler encore plus en me remotivant.

WEBTKD - Quel est votre meilleur souvenir en Taekwondo ?

O.S. - Ce championnat d'Europe et j'espère que j'en aurai encore beaucoup...

© WEBTKD.com. Tous Droits Réservés.

Accueil Reporter dans votre région ? Fonds d'écran... combats, poomses et autres Un petit mot... Le forum du TKD francophone L'info par e-mail... webtkd@webtkd.com Découvrez cet art martial Toutes les dates de la saison De bonnes adresses en France Techniques, préparation, docteur, arbitrage Lexique, poomses, ceintures, pas combats... Découvrez les personnages du TKD Reportages photos et articles Les dernières infos L'historique du TKD Accueil